“Organiser des collaborations professionnelles avec le numérique”

Domaine D3

Compétence D3.1 : Organiser un travail collaboratif en utilisant les technologies numériques

La deuxième séance avec S. Nowakowski a été consacrée à un travail de groupe, à 4. J’ai travaillé sur « L’Homme, un document comme les autres » (Olivier Ertzscheid) et notre rendu est un Prezi (http://prezi.com/yee13wro9cti/le-contexte-dune-economie-sociale-des-documents/), dans lequel nous avons intégré une carte conceptuelle Coggle. Nous avons ensuite débattu de ces différentes présentations, et des impressions de chacun sur les outils utilisés, et sur la façon dont ils ont été exploités.

Compétences D3.2 / D3.3 : Coordonner et animer des activités collaboratives dans un environnement numérique; Adapter, modifier et transmettre des données en respectant l’interopérabilité dans un contexte de travail collaboratif professionnel

Nous devions lors de la séance 3 rendre une réflexion personnelle sur notre propre utilisation des outils numériques collaboratifs, que voici :

Depuis le début de ma scolarité aux Mines, j’utilise des outils numériques de travail collaboratif, que j’ai découvert pour la plupart lors du séminaire informatique de début d’année. Je n’utilise pas tous les outils qui ont été présentés lors de la séance du 24 février, pour deux raisons essentiellement : certains ne me sont pour l’instant pas utiles, et d’autres que je ne pense pas forcément à utiliser lorsque j’en aurais une potentielle utilité.

  • Tout d’abord, j’utilise fréquemment Doodle pour convenir de rendez-vous à plusieurs –et pas uniquement dans le domaine scolaire (famille, amis, événement sportif…). L’utilisation est instinctive, pratique et rapide. Au lieu de devoir contacter chaque personne individuellement, on voit les disponibilités des autres en temps réel. C’est très utile surtout lors d’échéances à court terme, et où contacter chaque personne demanderait trop de temps.
  • Lorsque nous avons des travaux de groupe à faire (tels que des exposé, présentations, rédactions de TD à plusieurs), utiliser Google Drive est commode (concernant les textes et tableaux surtout): c’est beaucoup plus pratique (à mon sens) qu’un document Office en publipostage, et encore une fois toutes les personnes concernées voient le document en temps réel, peuvent le modifier et ajouter leur contribution…De plus, comme le document est en ligne, pas besoin de l’enregistrer sur clé ou sur d’avoir son propre ordinateur pour travailler, une connexion internet suffit. Je trouve ça vraiment pratique, dans la mesure où il est possible de travailler en groupe à distance, tout en communiquant (fonction Chat du Drive). Nous utilisons également des Drive pour les compte-rendus, les programmes des réunions des différentes associations de l’Ecole, et aussi pour travailler sur les projets (comme le projet 2A). Le seul problème est que ce système n’est gérable que pour un petit nombre ; au-delà de 5-6 personnes je trouve que ça devient plus difficile à gérer.

Nous utilisons également Dropbox pour les mêmes fonctions (atelier Artem, compte-rendu de visite d’entreprise), cela dit maintenant que je sais qu’on perd les droits de confidentialité lorsqu’on dépose un document dessus, je vérifierai plus ce que je place sur ces plateformes (c’est pour cela que je n’ai jamais utilisé Prezi, malgré l’esthétique séduisante !).

Je préfère cependant faire les diaporamas sur l’ordinateur puis les mettre en ligne, je trouve que les fonctionnalités du Drive sont restreintes concernant ce type de documents…

Dans le même principe, nous utilisons fréquemment le site Facebook pour travailler : quasiment tous les étudiants possèdent un compte Facebook qu’ils regardent quotidiennement. Ainsi, nous créons un groupe de travail pour un projet (ex : nous avons un groupe pour la promotion 2012, un groupe pour le département I2E, un groupe pour l’atelier Artem, un groupe pour le Bureau des Sports…), bénéficions d’une discussion entre membres du groupe, nous pouvons publier différents fruits de notre travail sur le mur du groupe, ce qui permet en plus un suivi écrit du travail effectué.

  • Cependant, Twitter n’est pour l’instant que très peu utilisé (pas du tout à ma connaissance aux Mines) pour du travail collaboratif…Peut-être car nous ne voyons pas les avantages par rapport à Facebook.
  • Je n’utilise pour l’instant pas du tout l’agenda Google, dans la mesure où je dispose de la même fonction sur mon smartphone. Ni les murs virtuels, dont je ne vois pas encore l’intérêt (ça viendra peut-être dans le monde professionnel), de même pour Evernote…J’avoue que j’aurais peur de me perdre dans toutes les données dessus !

En conclusion, les outils numériques facilitent grandement le travail collaboratif, même si je dois avouer être très loin de les exploiter au maximum ! Je pense cependant que l’utilisation qu’on en fait dépend de sa situation (étudiant, professionnel…).

Les rapports aux autres membres du travail à effectuer se trouvent allégés voire améliorés par l’usage de ces outils. En effet c’est entre autres une parade aux problèmes d’incompatibilité d’emploi du temps des différentes personnes, qui permet, lorsqu’on doit se voir, de se concentrer uniquement sur la soutenance orale par exemple.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s